Augmentation des tarifs des péages autoroutiers : à quoi s'attendre ?

L’augmentation des tarifs des péages autoroutiers a été confirmée. À quoi faut-il s’attendre ?

Augmentation des tarifs des péages autoroutiers : à quoi s'attendre ?
Péages autoroute : augmentation confirmée pour 2017

Le passage à une nouvelle année est souvent synonyme de révision des tarifs dans plusieurs domaines, bien souvent revus à la hausse. Cela se confirme avec une augmentation prévue en 2017 pour les péages d'autoroute.
 

Pourquoi les péages autoroutiers sont-ils payants ?

La France compte 11 882 km d’autoroutes dont 9 048 sont exploités par 19 sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA), le reste appartenant à l’État. Ces SCA sont des entreprises privées qui construisent, exploitent et entretiennent ces axes routiers, en contrepartie les usagers doivent payer pour leur utilisation.

On peut donc définir 2 raisons principales pour lesquelles l’usager doit payer :
 
  • Le réseau doit être entretenu. D’après l’Association des sociétés françaises d’autoroutes(Afsa), voici comment l’argent récolté aux péages est réparti : 31 % pour l’entretien des autoroutes, 20 % pour l’exploitation de celles-ci, 32 % pour les taxes et les impôts et 2 % pour les grosses réparations.
     
  • Le réseau n’est pas encore amorti. En effet, afin de financer l’exploitation et la construction de nouveaux tronçons, les concessionnaires ont précédé à des emprunts, remboursés au fur et à mesure par la participation des usagers, en particulier les axes construits dans les années 1960.
 

À quelle augmentation faut-il s’attendre pour 2017 ?

Mauvaise nouvelle pour les usagers du réseau autoroutier donc, les prix vont augmenter d’environ 1,2 %, et ce, malgré une inflation proche de 0.

Une augmentation moyenne de 0,76 % qui devrait prendre effet au 1er février prochain. Le calcul intègre le niveau de l’inflation, en progression de 0,36 % sur 12 mois, la répercussion de la hausse de la redevance domaniale à hauteur de 0,30 % en moyenne ainsi que les coûts des travaux sur certains axes à la demande de l’État, comme c’est par exemple le cas pour l’A89, reliant Bordeaux à Lyon via Clermont-Ferrand, aussi appelée la Transeuropéenne.
 

Les augmentations par axe

Avec une hausse de 1,197 %, les autoroutes du sud de la France (ASF) arrivent en tête du classement. À l’inverse, le réseau Cofiroute, présent dans le centre-ouest, est en bas de classement avec une augmentation de 0,572 %.

Dans le nord-ouest, les réseaux des sociétés SAPN et Sanef accusent tous deux + 0,582 %.

Dans le sud-est, + 0,592 % pour les autoroutes de la société Escota. Et enfin pour APRR sur l’axe Rhin-Rhône et Area sur Rhône-Alpes les tarifs afficheront respectivement + 0,896 % et + 0,926 %.

Et cela n’est pas fini. Si ces hausses restent modérées, il faudra compter entre 2018 et 2020 une hausse supplémentaire entre 0,3 et 0,4 % par an, annonce faite par le secrétaire d’État aux Transports afin de financer le nouveau plan autoroutier d’un montant d’1 milliard d’euros souhaité par François Hollande.



A lire aussi :

Continuer à lire