Morgane De Abrantes
Morgane De Abrantes
18 Dec, 2018 - 09:17
Cotisations sociales : objectif, mode de calcul et particularités

Cotisations sociales : objectif, mode de calcul et particularités

Morgane De Abrantes

Les taux de différentes cotisations sociales représentent un enjeu majeur pour l’économie française car ils impactent directement le pouvoir d’achat des actifs. Focus sur le fonctionnement d’ensemble du système français de prélèvement de ces différentes cotisations.

L’article continue en dessous de cette annonce

Les cotisations sociales, ou charges sociales, sont prélevées sur les salaires versés aux employés d’une entreprise et contribuent au financement des prestations sociales liées aux différentes assurances de base. Mais quelles sont donc les prestations sociales concernées ? Quelles différences entre les cotisations sociales salariales et les cotisations patronales ? Quels sont les taux qui s’appliquent aujourd’hui ? Les perspectives d’évolution ?

Cotisations sociales : le principe

En France, des cotisations sociales sont systématiquement dues sur l’ensemble des salaires. Elles représentent un cout tant pour les employeurs que pour les salariés que ceux-ci relèvent du secteur privé ou soient fonctionnaires.

Les charges sociales constituent cependant le pilier du financement de la Sécurité sociale, des régimes de retraite ou encore de la formation professionnelle.

Les cotisations sociales se subdivisent en deux catégories :

  • les cotisations salariales
  • les cotisations patronales.

Quelle que soit la catégorie à laquelle elles appartiennent, les cotisations sociales ont un seul et même objectif : financer la couverture sociale de base des salariés.

Par couverture sociale de base, on entend l’ensemble des prestations liées aux assurances suivantes :

Les cotisations sociales sont assises sur la rémunération versée aux salariés. Un taux fixé par voie règlementaire, pour chacun des volets précités est appliqué au salaire et retenu avant paiement au salarié.

Le point sur les cotisations salariales

Les cotisations salariales correspondent à la part des charges retenues sur la rémunération du salarié. Il s’agit donc des charges que le salarié paie.

L’article continue en dessous de cette annonce

Elles représentent généralement 22% du salaire brut et sont automatiquement déduites de celui-ci au moment de la paie.

En effet, le mécanisme est le suivant : c’est toujours l’employeur qui reverse les cotisations au nom de ses salariés. Il le fait auprès des différents organismes collecteurs, à savoir l’URSSAF et les caisses d’assurance vieillesse.

Le point sur les cotisations patronales

Les cotisations patronales renvoient quant à elle à la part des cotisations sociales à la charge de l’employeur, auxquelles vient s’ajouter un surplus sur le salaire brut du salarié.

Leur montant est toujours plus élevé que les cotisations salariales.

Lorsque l’employeur évalue le coût d’un recrutement pour son entreprise, il doit tenir compte du salaire brut de son salarié car des cotisations patronales sont systématiquement reversées aux organismes collecteurs. En moyenne, ces dernières représentent entre 24% et 42% du salaire brut.

Réduire les cotisations patronales

Certains mécanismes vont permettre à l’employeur de réduire le montant des cotisations patronales.

Il peut en effet recourir à des modes de rémunération annexes pour alléger ses charges. Ce sera le cas notamment grâce aux tickets restaurant, chèques vacances, avantages en nature, etc.

Des réductions spécifiques (exemple : Fillon) peuvent également servir à alléger la charge financière des embauches, ici sur les bas salaires.

L’article continue en dessous de cette annonce

La baisse des cotisations sociales salariales

Depuis janvier 2018, les cotisations sociales salariales (cotisations salariales chômage et cotisations maladie) ont été revues à la baisse (-2,2 points en janvier puis – 0,75 points en octobre) et ont apporté quelques évolutions bien visibles sur les bulletins de paie.

Pour compenser cette diminution, tout en augmentant le pouvoir d’achat des salariés, le Gouvernement a augmenté simultanément la Contribution Sociale Généralisée (CSG) de 1,7 point.

Pour connaître le montant du gain (ou de la perte), testez notre simulateur : baisse des charges sociales au 1er octobre 2018 pour les salariés du privé.

Quid des fonctionnaires et travailleurs indépendants ?

Les travailleurs indépendants et fonctionnaires ne sont pas soumis au même taux de cotisations que les salariés du secteur privé. Afin de compenser l’impact de la hausse de la CSG sur leurs revenus, des solutions devront être recherchées.

Les taux de cotisations sociales en vigueur

Le tableau ci-dessous présente les taux de cotisations applicables depuis le 1er octobre 2018

Nature de la cotisation Taux global applicable au 1er octobre 2018Répartition
EmployeurSalarié
%%
 Cotisations pour risques divers
Versées à l’URSSAFAssurance maladie (maladie, maternité, invalidité, décès)13 13
Accidents du travailTaux variable selon l’entreprise
Solidarité autonomie 0,3 0,3
Allocations familiales3,45 / 5,253,45 / 5,25
Assurance vieillesse plafonnée15,45 8,55 6,9
Assurance vieillesse déplafonnée 2,3 1,9 0,4
CSG déductible 6,8 6,8
CSG non déductible2,42,4
CRDS0,50,5
Chômage4,054,05
Fnal (pour les entreprises ayant au moins 20 salariés)0,50,5
Fnal (pour les entreprises de moins de 20 salariés)0,10,1
Contribution au dialogue social0,0160,016
AGS0,150,15
Cotisations retraite complémentaireSalariés ayant le statut CadresArrco TA7,754,653,1
Assurance décès obligatoire1,51,5
AGFF TA21,20,8
Agirc TB20,5512,757,8
AGFF TB2,21,30,9
Apec0,060,0360,024
Agirc TC20,55Répartition variable selon les entreprises
AGFF TC2,21,30,9
Salariés ayant le statut Non-cadresArrco T1 7,754,65 3,1
AGFF 21,20,8
Arrco T220,2512,158,1
AGFF 2,21,30,9
CET 0,350,220,13
Cotisations Formation continue et ApprentissageApprentissage 0,680,68
Formation continue (au moins 11 salariés)11
Formation continue (moins de 11 salariés)0,550,55
Taxes et participations autresTaxe sur les salaires4,254,25
Construction (au moins 20 salariés)0,450,45
Cotisations Formation continue et ApprentissageApprentissage 0,680,68
Formation continue (au moins 11 salariés) 1 1
Formation continue (moins de 11 salariés) 0,550,55

A savoir : des allègements de cotisations patronales sont prévus pour 2019. C’est le cas notamment de la baisse du taux des cotisations patronales maladie pour les salaires dont le montant n’excèdent pas 2,5 SMIC (mesure qui se substituera au Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi – CICE).

A lire aussi :

Share Tweet Pin Email WhatsApp