Eric Lemattre
Eric Lemattre
06 Fév, 2017 - 16:14
Baisse du diesel en France : les automobilistes n’en veulent plus

Baisse du diesel en France : les automobilistes n’en veulent plus

Eric Lemattre

Le marché automobile hexagonal a débuté l’année en trombe ! Malgré tout, on constate une baisse des ventes de voitures neuves roulant au diesel en France.

Tandis que les immatriculations de véhicules neufs ont augmenté de plus de 10,5 % au mois de janvier dans l’Hexagone, on continue de constater une chute du diesel en France. En effet, 47,9 % des voitures neuves vendues le mois dernier roulent au gazole, ce qui prouve que les consommateurs préfèrent maintenant s’arracher des véhicules fonctionnant à l’essence. Pour autant, peut-on dire que c’est la fin du diesel en France ?

Le diesel en France a de moins en moins la cote

Dans la continuité de 2012, où la part du diesel baissait pour la première fois sous le seuil de 73 %, on remarque une chute de l’attrait des automobilistes pour le diesel en France. En effet, conscients du caractère nocif des émissions polluantes, soucieux des nombreux scandales dévoilés au grand jour (moteurs diesel truqués chez Volkswagen) mais aussi sensibles au renforcement des taxes concernant le diesel, les Français préfèrent désormais se tourner vers les véhicules à essence.

Au mois de janvier 2017 par exemple, sur les 153 000 véhicules vendus en France, près de 53 % d’entre eux sont équipés de moteur essence. Il faut dire que plusieurs dispositifs de défiscalisation ont été mis en place pour encourager les acheteurs à tourner le dos au diesel en France.

L’électrique et l’hybridation en voie de progression

Sur les trente derniers jours, ce sont les constructeurs tricolores qui se sont arrachés la plus belle part du marché (56 %). D’ailleurs, outre la présence de la nouvelle Renault Clio, le Top 11 est pris d’assaut par Peugeot : ses 208, 308, 2008 et 3008 sont sur tous les tableaux !

Volkswagen n’est pas en reste. La marque allemande n’est autre que la première importatrice sur le sol français avec 12,7 % des parts de marché. Le groupe basé à Wolfsburg est suivi de près par Toyota, qui démarre l’année en trombe avec une croissance de 16,6 %, puis on trouve Ford, Fiat Chrysler, BMW, Opel et Nissan.

On notera d’ailleurs que les constructeurs susmentionnés se sont engagés à produire des véhicules plus écologiques et plus économiques (d’où la glissade du diesel en France). Ce n’est pas un hasard si les ventes de voitures électriques ont débuté l’année sur un niveau inédit de 1,46 % du marché contre à peine 1,08 % en 2016. Dans le moyen terme, il faudra donc s’attendre à une flambée des ventes de véhicules écologiques, notamment ceux électriques et hybrides.



A lire aussi :