En quoi consiste un congé de reclassement ?

Savez-vous ce qu’est un congé de reclassement ? Avant de savoir si vous pouvez en bénéficier, voici les conditions de ce dispositif de rémunération.

En quoi consiste un congé de reclassement ?
Le congé de reclassement en pratique

Mieux vaut être informé sur le congé de reclassement afin de savoir comment cela se passera pour vous le jour où votre employeur sera en mesure de vous le proposer ! Nous vous donnons les clés pour mieux le comprendre.

À savoir sur le congé de reclassement

 

Qu’est-ce que c’est ?

Le congé de reclassement est une alternative sociale proposée par une entreprise de plus de 1000 salariés à ses employés en situation de licenciement économique. L'employé peut donc bénéficier d’actions de formation en vue de pouvoir retrouver ensuite un nouvel emploi.
 

Combien de temps ça dure ?

La durée est variable en fonction de la situation du salarié et de la délibération opérée auprès des représentants du personnel. La fourchette de durée est fixée entre 4 et 12 mois, toutefois il peut aussi durer moins que 4 mois si l’employé estime ne pas avoir besoin de temps de formation supplémentaire.


Combien est-on payé ?

Un employé continue de percevoir le montant de son salaire habituel. Dans le cas où la durée du congé de reclassement va au-delà de la durée du préavis de fin de contrat, l’employé peut continuer de percevoir une rémunération de la part de l’employeur, fixée à un minimum de 65 % de la rémunération brute moyenne des 12 derniers mois précédant la mesure de licenciement économique. Quoi qu’il en soit, cette rémunération ne peut en aucun cas être inférieure à 1258,23€ net par mois.
 

Comment ça marche ?

Dans les faits, l’employeur doit impérativement le proposer dans la lettre de licenciement remise aux salariés. Ceux-ci ont un délai calendaire de 8 jours qui leur permet de faire valoir leur droit à ce congé. Sans réponse de leur part dans les 8 jours, la proposition est considérée comme étant refusée.

Si au contraire le salarié l'accepte, il bénéficie alors d’un dispositif de soutien et d’accompagnement, à commencer par un entretien d’évaluation et d’orientation permettant au salarié d’exprimer son projet professionnel.

L’employé peut aussi s’orienter vers une VAE (validation des acquis de l’expérience), grâce à laquelle il pourra se prévaloir d’une meilleure reconnaissance auprès de futurs recruteurs.


A lire aussi :