Comment parler d'un licenciement en entretien d'embauche ?

Parler d’un licenciement en entretien n’est jamais aisé. Quelle attitude faut-il adopter afin de ne pas se disqualifier ?

Comment parler d'un licenciement en entretien d'embauche ?
Parler d'un licenciement en entretien : nos conseils

Comment parler d’un licenciement en entretien d’embauche ? Faut-il assumer, dissimuler, aborder la question avant que le recruteur ne le fasse ou attendre ? Voici tous nos conseils pour gérer au mieux cette situation.

Les 3 points importants pour évoquer un licenciement lors d’un entretien

1. Ne pas mentir

Parler d’un licenciement en entretien est un exercice délicat. En effet, se faire licencier peut arriver. Durant la conversation, le recruteur vous interrogera certainement sur les raisons pour lesquelles vous n’êtes pas resté au sein de l’entreprise précédente. Si c’est le résultat d’un licenciement, il vous faudra être honnête avec le recruteur.

Mentir sur son CV peut en effet avoir des conséquences dramatiques. Les ressources humaines pourraient demander des références ou contacter vos anciens employeurs afin de vérifier les dates de votre contrat, ainsi que les raisons de votre départ de la société. Si les informations que vous avez communiquées ne correspondent pas à celles données par l’ancien employeur, on ne vous rappellera pas. La confiance est essentielle au sein d’une entreprise et d’une équipe.

La règle : indiquer sans émotions, qu’il s’agissait d’un licenciement, expliquer avec clarté les raisons. Ne restez pas vague, car le recrutera aura l’impression que vous tentez de cacher quelque chose.

2. Rester objectif

Rester objectif est essentiel. Cela signifie que vous ne devez pas critiquer votre ancien employeur. En effet, dénigrer n’a jamais valorisé un individu. Rappelez-vous que les recruteurs recherchent des candidats démontrant une attitude positive, prêts à travailler en équipe et avec le sourire.

En outre, si vous critiquez l’entreprise précédente, pourquoi ne le feriez-vous pas avec la nouvelle. Rappelez-vous qu’il vous faut rassurer le recruteur, et non pas soulever des questions, créer des doutes.

Rester objectif signifie également ne pas se dévaloriser. En effet, il est possible que vous vous sentiez coupable, cependant rappelez-vous que dans un contrat de travail, il y a deux parties, donc les torts sont souvent partagés. Il est cependant inutile de s’attarder sur vos erreurs, ou celles de l’autre.

3. Assumer ses erreurs

Les spécialistes le soulignent : il ne faut ni éprouver de la honte, ni avoir peur, face à un recruteur. L’Express Emploi, par exemple, conseille de rester “factuel”. Ne vous attardez donc pas sur le sujet. Ainsi, comment parler d’un licenciement en entretien ? Soyez objectif, néanmoins ajoutez que vous avez beaucoup appris, en donnant quelques exemples, avant de poursuivre.

Nous évoluons au cours de nos vies et apprenons de nos erreurs. Les recruteurs recherchent des candidats qui peuvent rebondir. Si vous leur prouvez que vous êtes la personne qu’ils recherchent, ils seront prêts à vous donner une chance. Soyez donc convaincants et focalisez sur le présent et le futur.

Les différents types de licenciement

Il ne faut pas oublier qu’il existe différents types de licenciements :

  • la mésentente : entre deux collaborateurs ou le collaborateur et l’employeur, elle nuit à l’entreprise
  • l’insuffisance de résultat : le collaborateur n’a pas atteint les objectifs qui avaient fixés (cela peut arriver à un commercial, par exemple)
  • l’insuffisance professionnelle  : un manque de compétences empêche le collaborateur de remplir ses fonctions.

Il s’agit de licenciements non-disciplinaires. Les licenciements disciplinaires concernent les fautes graves (absences non justifiées, violence, harcèlement, etc.) et les fautes lourdes (vols, détournement de fonds, dégradation de matériel…)

Il existe aussi le cas du licenciement économique dû à divers facteurs : réorganisation de l’entreprise, difficultés économiques, suppression d’emploi, mutations technologiques.

Il est plus facile d’évoquer un licenciement économique en entretien.

Trouver le ton juste et ne pas trop en dire

Les recruteurs veulent connaître les raisons pour lesquelles un collaborateur a quitté son poste précédent. En effet, ils se méfient souvent des candidats qui ont été licenciés car ils craignent que le scénario se répète (absentéisme, fautes graves ou lourdes). Il faut donc rester sincère (certains recruteurs demandent des références) mais ne pas trop en dire. En effet, si vous donnez trop de détails, si vous vous épanchez trop, vous serez perçu comme un candidat problématique.

Restez sobre et n’en dites pas trop. Ne critiquez surtout pas votre ancien employeur, c’est une erreur à éviter lors d’un entretien d’embauche. Indiquez également que vous avez appris de vos erreurs. Montrez de quelle façon cela a été possible, en donnant quelques exemples.

Faire du coaching

Si vous avez été licencié et que cela pose problème dans votre recherche d’emploi, faites appel à un coach emploi. Ce dernier vous proposera différentes réponses selon votre situation et selon les postes convoités. Il vous aidera à simuler un entretien d’embauche et à reprendre confiance en vous. Ils vous expliquera également qu’il est important de trouver le ton juste, pour parler de votre financement. La façon d’aborder la question, les mots choisis et votre attitude sont aussi importants.

A lire aussi :